Le musée Courbet à Ornans

Si vous partez dans l’est de la France, en Franche-Comté et plus précisément dans le Doubs, sachez qu’il existe de nombreux endroits à visiter, qu’il s’agisse de sites naturels ou de musées. Celui dont je vais vous parler aujourd’hui est consacré à un peintre très célèbre : Gustave Courbet. Le musée consacré à son œuvre se trouve dans la charmante ville d’Ornans, dans laquelle je vous recommande de vous promener avant ou après être passé par le musée, tant ses rues sont agréables à parcourir, aussi bien pour ses bâtiments que pour la Loue qui coupe la ville en deux ou les falaises qui l’entourent.

Le musée en lui-même s’étend sur plusieurs étages, pour une surface totale de 2000m² et 21 salles pour les expositions permanentes ou temporaires.

Découvrir l’œuvre du peintre réaliste

Affilié au réalisme, courant qui vise à représenter la vie quotidienne (et non des scènes mythologiques, par exemple), dont il est l’un des fleurons, Gustave Courbet méritait bien un musée, tant son œuvre a marqué son époque. Citons par exemple le fameux Un Enterrement à Ornans (1849-1850), qui aura fait scandale par son non respect des règles académiques, notamment l’utilisation d’une toile de grand format (3,15 mètres de hauteur pour 6,68 mètres de largeur) pour une scène de la vie quotidienne.

Enterrement à Ornans
Un Enterrement à Ornans (1849-1850)

Malheureusement, cette œuvre ne se trouve pas dans la collection du musée Courbet, mais au musée d’Orsay, tout comme le sulfureux L’Origine du Monde (1866) que je vous laisse découvrir par vous-même si vous le connaissez pas. Cependant, il ne faut pas résumer l’œuvre du peintre à ce seul tableau, tant il a réalisé de peintures mémorables, représentant des sujets variés, aussi bien des scènes quotidiennes que des portraits ou des paysages.

Ainsi, vous pourrez retrouver là-bas plusieurs dizaines d’œuvres du peintre, ainsi que d’autres, réalisées par des artistes de son entourage. Si vous n’appréciez pas la tristesse d’Un Enterrement à Ornans, rassurez-vous, Gustave Courbet ne se limitait pas à des scènes tragiques. Par exemple, au musée, vous retrouverez Le Chêne de Flagey.

Le Chêne de Flagey
Le Chêne de Flagey (1864)

Ce n’est que l’une des scènes naturelles que le peintre a réalisées. Si vous voulez en voir d’autres, le musée Courbet vous tend les bras. Et pour conclure, encore une peinture, elle aussi exposée au musée, Le Château de Chillon, situé à Veytaux au bord du lac Léman en Suisse, peint par Gustave Courbet quand il se trouvait dans ce pays :

Le Château de Chillon
Le Château de Chillon (1874)

Si vous avez visité ce musée, n’hésitez pas à partager vos impressions dans les commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *